Les maux dans la peau, exprime toi!

Coucou

Peu présente car je suis sur l’écriture du 4eme livre sur le domaine de voyance, médiumnité et ma vie ( la vraie de quand j’étais petite à maintenant), vous faire comprendre pourquoi j’en suis là, à faire ce métier là.

Et pourtant, je tenais à écrire un petit article ici ça en ce moment, je vis des moments pas drôles comme tous.

Tu essaies de gérer, tu souris, tu bosses, tu donnes le change, tu sais que tu fais enfin tu fais au mieux, mais il y a une insatisfaction de la finalité, breff!

Quand ton ventre se sert, quand tes tripes rompent à s’éclate, quand ton coeur se sert et que tes veines coulent en poison, que tout devient remise en question tant la lumière n’est pas au bout du tunnel.

Je me dis que d’ici quelque temps le bleu du ciel viendra refaire danser les nuages de mon ciel gris.

On vit tous des moments comme ça, des moments fractals, frontaux,…

Il y a des moments où nous avons certainement un peu merdé, cafouillé, consciemment ou pas! Ou nous voulions à tout prix faire gloire à notre raison, notre façon de voir, d’entendre les choses, à les imposer comme si c’était légitime croyant que si c’est fait avec amour c’est normal.

On ne s’aperçoit pas du mal qu’on cause, du mal causé à la longue, comme une traîné de sang au fil du temps, un goutte à goutte insupportable, une rupture au fil de l’eau sans pont possible pour réparer, pour reprendre la communication.

Parfois, quand on est blasé, désespéré, saoulé des gens, de ce qui nous entoure, on peut devenir cruel comme une forme de bouclier, une carapace pour ne pas sombrer, supporter, faire mine et continuer…

On en vient à se dire des mots cruels, des mots blessants qu’on pardonnera surement mais qu’on n’oubliera pas, ça non!

Parce que le temps à cette magie des vagues qui apaise et nous apporte ce loin au large des rivages.

Les ravages de tout ça, c’est quand une personne craque et sa défense devient le pire d’elle-même, la raison s’en va et la conscience s’en ferme à clé pour bouder.

Nul n’est parfait, et ça fait du bien de le dire et de s’exprimer.

N’ayant pas honte de dire quand vous allez mal, n’ayez pas peur de dire quand vous avez besoin d’aide.

Vous êtes en droit de râler aussi, de gueuler et de crier.

Vous devez sortir ce trop plein, ce tourbillon, cette tempête qui vous tourmente.

Pourquoi ce cacher? Peur du jugement?

Ne dit-on pas que l’erreur est humaine? Que faute avouée et à moitié pardonné …

Ce n’est pas être faible que de dire je vais mal, je vis des instants de ténèbres.

J’ai besoin d’une main tendue, d’un soutien.

Les bienveillants seront toujours à l’écoute et bien plus.

Les personnes qui se disent êtres sûrs d’eux sans cesse sont à mon avis un peu perdu ou vraiment imbu d’eux-même. La remise en question est vitale pour avancer et comprendre le chemin parcouru, comprendre celui qui va mal.

Soyez-vous mêmes avec vos défauts, vos erreurs mais sans la honte.

Do

 

 

 

 

 

Un commentaire

Sylvie Mignard

Une sincérité que tt le monde devrait prendre en exemple 👍👍👍..c est très émouvant do

Réponse

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *