Quand tu souris :) mais que tu ne vas pas bien! :(

Coucou

Vous savez tous ce que c’est de sourire pour faire semblant! Sourire pour cacher sa misère du coeur, cacher son malaise, son mal-être, son envie de faire chier personne avec ses problèmes.

On montre à tous qu’on est heureux, qu’on a une happy-life, qu’on a tout dan sa vie, qu’on a pas à se plaindre, qu’il y a pire ailleurs, …

Et pourtant en toi tout est en ruine, à côté de toi le Colisée de Rome c’est un château! Tu es en déprimes total voire dépression mais tu continues de sourire. Tu es le champion du masque du bonheur.

Ton apparence, ton attitude n’ont pas changé, tout parait normal d’extérieur mais en toi le vide s’est installé, elle joue à la belotte, elle t’attend, elle n’est même plus tapie dans l’ombre, elle est devenue ta seconde nature, ta copine.

Personne ne peut t’aider, ne peut le voir car tu ne fais pas partie de ces personnes aux signes distinctifs en dépression … Bah non toi, tu souris!

Généralement en plus vous avez un boulot, un conjoint/e, des enfants, des amis, des parents présents, bref! tout qui transparaît une vie cool et qui donne envie.

Tu pars du principe que tu ne peux demander de l’aide, qu’on ne pourra rien changer à ta situation de toute manière!

Parfois, tu ne vas pas bien et tu ne sais même pas, même plus pourquoi, tellement c’est devenu habitude, chronique.

Comme ci une forme de mélancolie dépressive était devenue ton train-train quotidien.

Faux, prends toutes les mains tendues, qu’elles soient d’ordres familiales, sociales, pros, par le biais d’un thérapeute, …

Mais tu es en droit d’exprimer ton ressenti, ta colère, ton mécontentement, ta frustration ou peu importe ce qui te mine mais exprime toi! Des personnes qui savant écouter et comprendre t’en aura croie moi!

Libère toi de ces poids qui t’enchaînent, qui t’engluent, qui te possèdent, qui te meurtries, qui ne servent à rien sauf à te détruire.

Parfois tu auras des sautes d’humeurs, des envies d’en finir avec tout ça, car tu te sentiras seul et pourtant tu ne l’es pas. Même un compliment, une parole douce, aimante, ne peuvent plus te toucher tellement tu te mets en état d’ignorance des autres, de méfiance comme ci au moindre choc tu pouvais disparaître.

Encore une fois, discute, dit tout haut ce que tu as en toi. Ca passe ou ça casse mais au moins toi tu ne porteras plus de fêlures.

Pour éviter le contact des autres, tu feras mille choses, tu compenseras. Tu feinteras avoir trouvé des passions, des occupations comme ça tu pourras mieux te libérer seul(e) pour pleurer, exprimer ta peine.

Parce que tu en deviens à avoir une faible estime de toi même, tu souhaites une reconnaissance mais en même temps tu la fuis, tu veux être mais tu ne sais pas qui tu es!

Oui mais seul(e) tu rumines, tu ressasses, pas vraiment très constructif, tu comprends?

Parfois, je me demande si dans le fond, vous vous voyez vraiment dans cette situation d’enfermement sur soi, dans ce repli, comme ci vous étiez dans une forme de déni. C’est certainement plus facile que de faire face enfin c’est une stratégie de pensée qui évite encore de demander de l’aide!

Tu sais même ton meilleur pote, peut devenir ton meilleur psy à un moment.

Un verre, un pote, une soirée et hop, la conversation s’engage, tu te décharges et tu verras que le soulagement à ce moment là tu feras du bien, un grand bien!

Vous savez tous que mes écrits traduisent des choses vécues, je ne suis que la bien placée pour comprendre ce passage, si j’ai su m’en sortir, vous en êtes capable!

On est porteur de son bonheur, faut se secouer!

Ma force a été la méditation, de prendre conscience de ma place dans cette existence, de venir en aide aux autre, de savoir écouter, d’être sans jugement!

Prends conscience de ta place, tu as un rôle à jouer, c’est parti!

Do

 

 

 

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *