Rien n’a de sens sans amour/ On n’appartient à personne!

Coucou

 

On a souvent la sensation d’être perdu sans amour, sans être aimé, ni en donner de l’amour. Comme ci tout était vide de sens… Comme ci, il fallait à tout prix cette sensation de fusion de deux êtres pour se sentir vivre.

Il ne faut surtout pas rentrer dans ce genre de processus amoureux, c’est se rendre esclave consentant à l’autre, être passif, laisser une dominance tacite à l’autre, comme ci tous pouvoirs lui appartenait. On s’efface pour ne faire qu’un mais qui est le un? On n’est d’accord que cela ne pas être possible ce genre de relation, quand bien même elle existe, elle ne durera pas dans le temps!

En revanche recevoir de l’amour te rend beau, fort, libre d’être toi, de faire ce que tu aimes, exister quoi!

Il faut surtout aimer comme on le ressent, je m’explique: Certaines personnes ont tendance à croire qu’ils aiment plus que l’autre ( vrai ou pas ce n’est la question) de ce fait, ils envoient un sentiment d’exclusion/exclusif à l’autre. Une sorte de je t’aime, je t’aime pas … Une dualité, ambiguïté permanente. Ce qui met l’autre en difficulté et en retranchement car il ne sait jamais quoi dire, quoi faire pour plaire/satisfaire.

Ne voyez pas de drame à perdre la personne que vous aimez, que vous avez aimé, c’est que ce n’était pas la bonne voilà tout. Il a pu être une personne accompagnatrice un temps, un bout de chemin et c’est tout. Il faut savoir dire au revoir au passé, savoir s’en décrocher, s’en défaire …

La vie nous offre la douceur de comprendre que le temps passe…

C’est le matin, je me lève et je sourie, Je me sens légère douce vie.
Je me gratte la tête et réfléchie;
mon cerveau est en veille, ça suffît.
Comme un éclat de fraîcheur qu’apporte la jeunesse;
le rosé du matin telle la goutte qui longe toutes en finesse;
mon visage blême plein d’allégresse
Amoureux de vivre, je vous le confesse
L’après-midi sonne ma Comtoise
Jeunesse passée, on se croise
Je vais vers la maturité hautaine je me toise
Je ne me reconnais pas pourtant j’ai toujours les mêmes yeux bleus turquoise
Le début de soirée frappe à ma porte
Ma maturité s’intensifie s’escorte
Pourtant la vie fait en sorte
De me rappeler que le temps passe tel un feuille-morte
La nuit s’est installé
Je sens tout doucement la vie me quittait
Douce fut-elle accomplie sans remords ni regrets
Mon âme quitte mon corps abîmé
La vieillesse ayant bien travaillé
Le souffle s’enfuit vers les cieux
Je vous fais mes adieux
Je vais rejoindre ce monde qu’on dit si merveilleux
La vie est belle et te libère c’est affreux.

L’amour …

L’amour n’est plus dans les parages, 
Comme dirait l’adage, 
L’amour n’a pas d’âge.
L’amour à hurler, crier sa rage,
L’amour secoue, saccage,
L’amour sauvage!
L’amour continu/disparu fait des ravages.

L’amour encore et toujours …

La vie, l’amour …
La vie, la mort.
L’amour jusqu’à la mort.
La mort par amour.
La Comtoise annonce la vie qui défie le temps.
Par tous les dieux, la vie s’est consumée aussi vite qu’un oiseau volant.
Très conscient du temps précieux; 
J’ai décidé de vivre de faire ce que je veux.
Ma vie, ma douce vie.
Comme je t’envie.
Le temps est palpable; 
La vie est implacable.
Le sort en est donné;
De l’autre côté je serai…
Parfois absent;
Mais je fais au mieux pour être présent. 
Me faire sentir, vous montrez que je suis encore bel et bien là. 
Que l’être aimé sans corps vit à travers l’âme ici-bas.
Faire vivre les souvenirs pour continuer d’exister. 
Faites avant d’oublier.
La vie est un cadeau.
La vie peut être fardeau.
Mais ainsi soit elle, ainsi va la vie.
Dans le fond on la choisit aussi.

Et encore, encore …

Un amour rempli de gemmes. Une vie en explosion de j’aime.

 

L’amour, c’est une modulation sur l’autre pour qu’il puisse être ce qu’il est dans sa splendeur. L’amour c’est savoir dire à l’autre que tout est évidence sans dissonance avec soi, que l’écho de nos âmes font résonance.

On ne doit pas demander à l’autre ce qu’on doit être AMOUR. l’effet miroir, c’est un mirage, il y aura discordance. On ne doit pas demander ce qu’on est déjà! En outre, nous nous devons de distribuer ce que nous avons, nous portons en nous… L’AMOUR!

L’amour ne réveil que le vivant chez toi ou endormi, ce qui est mort ne se perpétue plus/pas. A toi de pas éteindre cette flamme, cette lumière!

L’autre personne ne doit en aucun cas être le palliatif, le pansement de nos blessures, de nos carences, un remplacement à nos manques. Mettre un pansement sur un plaie non cicatrisé ne mène pas loin et fera toujours mal. Allez à la source toujours, comprendre, apprendre et avancer!

Tout est succès ou peines t’appartiennent, ils peuvent mettre en joie/peine l’autre mais ne devrait pas t’affecter, si la personne te transmet ces émotions dans l’amour. Car ce sentiment est de base bienveillant et dans le respect de l’autre en respectant sa place et qu’il est/fait.

Apprendre à ne pas être dépendant de cet état d’amour, pas dépendant de l’autre, il faut savoir être autonome affectivement pour qu’aucune pression, entrave n’empiète l’espace de l’autre, le laissant ainsi vivre aussi ses passions, sa vie dans la confiance et l’harmonie.

Ne jamais se jeter à coeur et à corps perdu dans une relation parce que ça nous fait du bien d’y croire, il faut avoir un retour de qu’on donne. La passion ne dure qu’un temps, ça s’étiole … Si l’autre le voie, il peut aussi rendre la liberté à la personne qui s’éteint.

La douche écossaise de l’amour : Quand tout va bien c’est grâce à moi, quand tout va mal c’est à cause de toi! Surtout ne rentrez pas dans ce système de réflexion, c’est usant pour l’autre qui subit.

Soyez juste en joie, en conscience de ce que c’est D’AIMER/ D’ETRE AIME ça serait déjà pas si mal. C’est remettre l’autre à sa juste place. 

 

Voilà voilà

Do

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *