Un peu de moi !!un peu de Dorothée Lancelot !!

Flash back d’une vie déjà bien remplie

On ne sait jamais par où commencer …. Bref le début d’écriture n »est pas un art aisé.

Je suis une jeune femme qui va avoir 36 ans et pas toutes ces dents, avec 5 enfants, une maison, 3 cats, tout ce qui donne une impression d’une vie normale. Et pourtant !!!.Tout à coup, j’ai des questions qui me viennent :
– Est-ce bien ma vie ?
– As-tu bien fait?
– Es-tu une bonne mère?
– celle que je voulais? …Petite ce n’est pas ce que je m’imaginais

-Travailles-tu vraiment avec de bons guides?

-Les gens sont ils contents de ton travail? de te connaître tout simplement!

-Ta bonne humeur, est elle aussi communicatrice que j’aimerais qu’elle le soit?

-Suis je vraiment médium et pas un peu schyzo?

-Suis je aimée?

-Suis vraiment moi même?

C’est vrai quoi!, je prône la simplicité à tout va et pourtant rien que mes fringues et ma tronche fardée comme jamais montrent bien que je ne suis pas sans chichis…

Dans ma tête, c’est une certitude que je  le suis, mais pourquoi physiquement je n’y arrive pas?

C’est comme ci prendre soin de moi cela flattait mon ego qui lui kiffe à mort!

Sans compter ma fausse blonditude et tout le tralala derrière… Bref! je suis une fake-meuf 🙂

Mais je suis vrai dans mon fake, je suis une fakitude en fait, je suis un concept que j’assume comme beaucoup.

Je prône une simplicité que je ne suis pas enfin si puisque je ne suis pas matérialiste… Et, ce n’est pas déjà pas si mal 🙂 En revanche ( oui Michel-Roch Faci m’a assez fait la remontrance qu’on n’avait plus le droit de dire ‘Par contre’, vous noterez que j’applique ma leçon retenue 🙂 ) mes robes, mes shoes c’est ma vie 🙂 Mon meuble avec tout matériel, bouquins ésotériques, oracle, bref! c’est ma vie too!

Même mon ordi n’a pas vraiment d’importance pourtant au combien c’est un outil de travail mais je m’en cogne.

J’adore mes trolls, ça paraît con de dire ça, mais mes enfants sont un vrai choix de vie, un combat de tous les jours.

Pas évident d’élever 5 enfants dont un enfant aveugle avec des traits autistiques, un enfant tout dys confondus ( dysphasie, dysorthographie, dyslexie) et un autre plus dur que lui tu meurs! Je ne cherche pas à faire pleurer dans les chaumières, je vous le dis parce que c’est la vie de tout à chacun d’avoir des croix à porter.

Je prends ça comme une vérité comme ci on me mettait à hauteur de tous pour comprendre le mal de chacun.

J’ai frôlé par 2 fois être interdit bancaire avant mes 25 ans car j’étais de celle qui ne savait pas compter ( j’ai toujours un peu de mal je l’admets), je dépensais de l’argent que je n’avais pas!

J’ai divorcé une fois d’un homme qui ne vivait que pour lui. Qui n’admettait pas la différence de son fils aveugle et du coup, je me tapais tous les rdv médicaux et autres …

 

Pendant une période c’était du surfing du n’importe bistoufly avec 5 rdv semaine entre psychomot, locomot, psychologue, et hôpital … Les RDV ne prenaient pas la journée non plus!

Tout en gérant le 2 eme marmot 🙂  Tout ça à 20 ans mes cocos …

J’ai voulu mourir 2 fois: une fois à cause de mon premier mari qui ne faisait que de me rabaisser…

J’avais trouvé la parade pour ne pas/ne plus sombrer: je l’ai trompé!

ATTENTION, je ne brandis pas ça comme un étendoir de gloire avec de la satisfaction.

Je me suis creusée pour comprendre mon acte. Ce qui m’a d’ailleurs poussée à demander le divorce parce que même si je ne méritais pas de subir mon quotidien, il ne méritait pas non plus mes tromperies…

Je ne suis jamais cachée de mon passé parce qu’il m’a façonné. C’est avec lui que je regarde pour savoir ce que je veux être et ce que je ne veux plus être.

Je suis une zarbi parce que mes défauts, je les connais et ne m’en cache pas,  je fonce vers les autres avec, un peu à la rentre dedans.

Qui dit divorce dit pas de thune et ouai … Mon ex ne voulait pas que je travaille pour ne pas payer trop d’impôts …

J’ai laissé faire donc je suis aussi complice dans le raisonnement.

Bref! Donc payer des factures avec de l’argent que tu n’as pas a fait que d’un moment j’ai mangé des kellogg’s nature pendant 15 jours pour laisser ce que j’avais en boîte, pâte et viande dans le congélo pour les petiots.

Ca marque ta vie!

Même dans la misère, je n’ai jamais voulu aller aux restos du coeur ou autres asso du genre ni même prendre la CMU.

C’est peut être de la fierté mal placée où je ne sais pas! Mais mes parents ont toujours travaillés, ont toujours sus nous donner même quant ils avaient peu.

J’avais aussi 25kg de plus. Les fameux kilos de grossesse qu’on arrive pas à perdre …. Concrètement tu passes d’une taille 40 à 48! Tu passes de la joie à la dépression ( je rigole, enfin presque!)

 

Mais, je me sentais soutenu par un je ne sais quoi! je ne sais quoi venue d’ailleurs!

Je n’ai pas sombré, ni déprimé! Pour dire j’en ai souri de ma vie pourrie, je me disais bah voilà! tu as ce que tu as voulu, You’re FREE

La deuxième fois où j’ai voulue mourir c’est justement parce que j’avais 25kg de plus et je me sentais grosse, moche, hideuse, pas désirable, rien de m’aller, et en même temps je ne faisais rien non plus pour que ça change, pas d’effort, pas de motivation.

Je me sentais vide, morte, creuse à l’intérieur de moi. J’étais un cimetière sur pattes.

Puis un jour, je me suis dit : Allez va demain c’est le jour, le 1er jour de ta vie avec les critiques que tu as eu, tu construiras tes fondations ensuite chaque pierres qu’on t’envoies tu en feras une forteresse.

Me suis pris en main et j’ai faits des petits changements dont alimentaires, et hop bing en deux ans 25kg de moins.

Je me suis aimée mais vraiment d’ailleurs je m’aime toujours hein 🙂 même si j’ai encore des kilos de trop.

Je vais vous raconter un petit truc, il y a de ça deux ans, je voulais me faire une sleeve, j’avais tout fait, les examens, tout quoi!! Puis, je me suis dit, tu fais ça pour qui?

Ma réponse a été : Pour le regard des autres et mes enfants et non pour moi.

Du coup, j’ai tout stoppé, je pense que mes rondeurs me convienne.

Je voulais garder cette ligne de conduite de vouloir travailler pour soi, d’ailleurs ça été mon moteur vu qu’après je me suis cassée le bébére pour passer le concours d’auxiliaire de vie et d’aide soignante. ( pas eu celui d’aide soignante parce que j’étais enceinte de ma bouillette)

C’est quoi une vie merveilleuse?

Une vie faite de choix assumé, une vie d’échange, de partage et d’amour.

Alors, je l’ai 🙂

Cela ne n’empêche pas de me poser tout de même ces questions… Qu’est-ce qu’il te manque enfin??? T’es pas normale !
Tu es toujours à la recherche de quelque chose qui doit te satisfaire (d’ailleurs je suis une fashion-addict de tout l’art de dépenser pour compenser).

Et à ce jour je n’ai pas spécialement encore trouvé des réponses à tout mais j’essaie de lever le pied pour pouvoir trouver le bon chemin. M’engager dans la réalité, ne plus tomber dans le fantasme névrotique, de se dire que « l’herbe est plus verte ailleurs ».

« La vie est belle ». « Chaque pas que tu fais de toute manière t’amène vers une destination (choisie ou inconnue) ». L’avantage d’être accompagné, c’est que si tu te perds, tu es soutenu, si c’est dur on te relève la tête, si tu tombes on te rattrape. ( merci à mes guides) ( merci à vous tous)

 

En fait je suis une personne simple à l’esprit compliqué. J’ai des contradictions comme tout le monde. J’ai des imperfections qui sont parfaites. Je suis une solitaire qui n’aime pas la solitude.

Mettre un pied dans les abysses finît souvent à y mettre les deux et ça non merci ! J’ai encore de l’énergie pour ne pas couler. D’ailleurs, je vous pousse aussi dans cette voie que de se dire que demain n’en sera que meilleur!

Je suis du genre « pas de remords pas de regrets » une vraie combattante pleine d’amour et de souffrance.

Il y a des fois je me parle toute seule : si ça ce n’est pas de la névrose, sérieux ! Enfin on est comme on est….

Cet article est un peu un exutoire pour dire qu’en fait, même si je vais en m’améliorant dans tous les domaines je n’y vais pas en courant, mais en marchant pour pouvoir solidifier mes piliers .

J’ai toujours des flashs et des ressentits pour les autres, je tirais les cartes pour la famille et les amis…

Et un autre jour beaucoup plus lointain , je me suis dit  » vas-y la voyance, les cartes, l’amour des autres t’en a besoin, c’est toi. Si tu ne fais pas tu le regretteras toute ta vie de ne pas avoir suivi ton chemin, certainement ton destin »
Pas facile de se mettre dans l’arène, de se créer une place.

Mais voilà, au départ on ne se lance pas, on ose pas, j’ose pas. J’ai un peu tout fait comme travail, du plus glorieux au moins glorieux (à dire vrai pour moi peu importe, je contribuais à ma manière au foyer)

J’ai fait le choix depuis le début de garder mes enfants sans nounou, je m’en occupe.

D’ailleurs, même si j’ai 5 enfants tous nos repas se font ensemble sur la même tablé.

Ah oui, bien souvent, je ne sais même pas quel jour on est ni même la date mais j’assume 🙂 C’est folklo mais j’insiste j’assume!

 

J’ai un besoin d’amour, celui de donner et de recevoir. Besoin de me sentir utile. On a beau me dire que maman au foyer c’est le plus beau métier du monde, ô combien pense le contraire. Pourtant, même si je suis médium, je me préfère en maman.

D’ailleurs c’est pour ça que la plupart du temps pendant les périodes de vacances vous ne m’avez que rarement au téléphone.

J’ai eu le syndrome d’infériorité parce que j’ai arrêté mes études de bonne heure. Je n’étais pas bête mais feignasse et faut dire que mes parents étaient du genre à s’en mixer les tomates de notre devenir!! Donc, j’avais choisi le mien: J’en avais pas!

Du coup, quand je peux passer un diplôme même le plus nawak qu’il soit, je le fais! Là, je viens d’avoir celui d’Aromathérapeute. J’en suis fière tout de même!

J’ai crée deux oracles, je viens de finir le dernier chapitre de mon roman: Après la pluie vient le beau temps.

Maintenant je suis fière de dire :
– oui j’élève mes enfants,
– oui je n’ai plus un corps de rêve je ne suis pas Adriana Karembeu mais plus Adriana Karambar,
– oui je suis femme avant d’être mère
-oui j’ai un travail que j’aime et qui me le rend bien.

  • – J’ai crée deux entreprises

En ayant opéré des changements de comportement, de croyances cela m’a permis de me libérer.

Ensuite, quand on change on évolue! Du coup, cela m’a permis de rencontrer des personnes extraordinaires dans ma vie.

Que ce soit des consultants, des collègues ou d’autres qui n’ont fait qu’un passage.

Je suis toujours bancale et haut perché, mais maintenant j’assume.

En espérant que les sillons de ma vie vous toucheront.

A bientôt.

Do

Aucun commentaire

Christine

J’ai lu avec soin, lenteur et émotion…vos maux m’ont touchée Êt vos mots m’ont emue-ên ce moment je pleure eT j’ai mal eT j’en suis à vos deux fois. Merci

Réponse
cagniard

pas grand choses a rajouter sinon que nos felures deviendront nos forces mais une vie suffira t elle ? Rien d autre sinon qu apres ce texte on se dit elle est drolement courageuse cette nana la!!!!!!!!!!!!!!

Réponse
Dorothee

Coucou

Il n’y a pas de courage quand on vit sa vie. Le courage c’est les survivants de guerre, des militants pour la paix ou la défense des animaux.

Réponse
comte Faci

impressionnante tranche de vie d’une courageuse petite mère de famille qui va de l’avant et qui fait des progrès dans le maniement de la langue française !

Réponse
Sissi

Très bonne voyante …vous avez réussie à voir mon arrière grand mère !! Décrite avec précision vraiment bluffant ! Je reviendrai …

Réponse
VALENZANO

Bonsoir Dorothée oui touchante votre prose. J’aurais aimé croiser votre chemin. Je sais qui vous êtes, mais vous ne me connaissez pas!!!! Un moy poir vous mettte sur ka ouste, vous etrs voyante apres tour. « Fougeret »

Réponse

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *